Suivre Sony Belgium (Français)

C'est un fait: la fiction altère notre état d'esprit

Communiqué de presse   •   oct 07, 2013 11:08 CEST

Alors que le nouveau Reader™ de Sony sort dans les magasins, une étude scientifique sur la manière dont la lecture influence le cerveau révèle que nos émotions, notre état d'esprit et la vitesse de lecture varient en fonction du genre de livre. Les thrillers seraient le meilleur choix pour entraîner votre esprit à une réflexion rapide et à la concentration, tandis que les romans sentimentaux seraient les plus délassants.

Cette étude a été menée par des neuroscientifiques de Mindlab International, implantée au Sussex Innovation Centre. Quarante participants ont lu des livres de quatre genres différents (suspense, comédie, romance et horreur) pour tester la manière dont leur cerveau réagissait à chacun, ainsi que la différence dans le vécu émotionnel. Les niveaux de relaxation, d'attention et d'engagement émotionnel ainsi que la vitesse de lecture des participants ont été étudiés en surveillant l'activité cognitive du cerveau, la conduction cutanée et la vitesse à laquelle ils lisaient chaque page.

L'étude a montré que les livres permettaient réellement d'entraîner le cerveau, en stimulant des zones associées à la concentration active, la grande attention et la réflexion rapide. Le suspense est apparu comme le genre le plus efficace en la matière. La comédie nécessite le moins d'attention active du cerveau, avec un effet près d'un tiers inférieur (31 %). Pour se concentrer en vue d'une journée complexe, un livre de suspense sur le chemin du travail semble donc être un bon début.

Il a également déjà été établi que la lecture était l'un des loisirs les plus délassants, de précédentes études de Mindlab ayant déjà démontré que six minutes passées à lire en silence suffisent à réduire le stress physique de 60 %, et que la lecture est 68 % plus efficace pour réduire les niveaux de tension que d'écouter de la musique, deux fois plus même que de boire une tasse de thé et trois fois plus que d'aller se promener.

Mais l'étude d'aujourd'hui souligne que c'est le roman sentimental qui exerce l'effet le plus relaxant sur le cerveau. Les participants à l'expérience étaient en moyenne 40 % plus détendus en lisant la romance que le suspense, qui s'est révélé être le genre le moins délassant. Si vous vous sentez stressé ou ressentez le besoin de vous détendre, lire un livre romantique n'est pas juste un cliché, cela stimule les zones du cerveau qui vous aident à vous relaxer au mieux.


L'engagement émotionnel
, mesuré par la conduction cutanée*, était le plus élevé dans le cas des livres de suspense, suivis de près par les romances. Leurs chiffres dépassaient de plus de 50% l'engagement émotionnel enregistré par les genres comédie ou horreur, occupant respectivement la troisième et quatrième place.

* La conduction cutanée est une méthode de mesure de la conduction électrique de la peau, qui varie avec son niveau d'humidité. La transpiration est gérée par le système nerveux sympathique et permet donc de mesurer l'éveil émotionnel.

Il est intéressant de noter que l'étude a révélé que la vitesse de lecture dépendait du genre littéraire et de l'engagement émotionnel. Quand ils lisaient les genres positifs de la romance ou de la comédie, les participants lisaient plus vite les passages du texte qui faisaient le plus appel aux émotions. En revanche, dans les genres plus sombres du thriller ou de l'horreur, la vitesse de lecture des participants diminuait à mesure que le texte les passionnait le plus.

Le Dr David Lewis de Mindlab a déclaré: “L'on sait que la lecture est un loisir délassant, mais les résultats de cette étude montrent comment notre cerveau réagit vraiment aux différents genres littéraires. Cela prouve que la lecture peut vraiment nous aider à nous détendre après des situations stressantes ou même à nous préparer à affronter des situations éprouvantes pour l'esprit”.

“En tant qu'auteur, j'espère toujours que mes livres suscitent des émotions chez les lecteurs. C'est intéressant d'avoir la preuve aujourd'hui que lire un bon roman peut réellement influencer notre état d'esprit général”, a déclaré Toni Coppers, écrivain. “Cette étude montre que lire un polar fait réfléchir plus vite et aide à se concentrer davantage. Ou que lire un beau roman réduit le niveau de stress. N'est-ce pas une excellente nouvelle?”. Toni Coppers (1961) est écrivain. Il lanca une série de romans policiers en 2008 avec la commissaire Liese Meerhout dans le rôle principal. Son roman le plus récent est “Zwerfvuil” (2013, Manteau). Des négociations concernant la distribution dans la Belgique francophone et la France de la série autour de Liese Meerhout sont en cours.

Le nouveau Reader™ de Sony est le compagnon idéal de ceux qui souhaitent se plonger dans l'émotion de leurs livres. Son écran haute résolution, avec sa housse refermable, offre une expérience de lecture naturelle, comme avec un vrai livre, tout en étant capable de stocker des centaines de livres différents et donc tous les genres possibles, en fonction de chaque humeur.

Avant de d’ouvrir son Reader™, demandez-vous donc de quelle humeur vous avez envie et choisissez le bon livre en conséquence. Que vous deviez vous calmer, vous détendre ou entraîner votre cerveau, la lecture peut vous faire voyager et changer votre état d'esprit.

Pour tout complément d'information sur le nouveau Reader de Sony, rendez-vous sur le site: http://www.sony.be/lang/fr/product/rd-reader-ebook/prs-t3.

A propos de l'étude:

L'objectif de l'étude était de définir l'expérience émotionnelle suscitée à la lecture de différents genres. L'attention, la relaxation et l'éveil émotionnel ont été mesurés au niveau du cerveau et du corps afin d'examiner la nature de l'expérience du lecteur pour quatre genres littéraires.

On a compté un total de 40 participants (âge moyen: 37 ans), dont 17 femmes et 23 hommes. Les participants étaient rémunérés pour le temps consacré à l'étude. Les participants avaient été sélectionnés sur la base des critères suivants: être capable de lire aisément et aimer la lecture.

L'étude a été menée chez Mindlab International, au Sussex Innovation Centre, la semaine du lundi 26 septembre 2013. Les participants ont rempli un formulaire de consentement éclairé. Un signal clair a été obtenu de la part de l'électroencéphalogramme et de l'équipement de mesure de l'activité électrique de la peau avant le début des tests. Les participants étaient assis devant un écran d'ordinateur et lisaient un genre littéraire pendant 12 minutes (ou jusqu'à avoir terminé la lecture du texte). Ils répondaient à un questionnaire sur ce genre, puis procédaient de même pour le second genre. Les genres étaient répartis de façon équilibrée entre les participants pour éliminer tout effet d'ordre.

L'activité électrique du cerveau était mesurée à l'aide d'un électroencéphalogramme Mindmedia Nexus 32. Les participants portaient un casque équipé d'électrodes mesurant les changements de voltage causés par l'activité cognitive du cerveau. Les résultats apparaissaient sous la forme d'une onde composée de différentes fréquences. Ces différentes fréquences peuvent être extraites de l'onde et associées aux différents états cognitifs. Dans cette étude, nous avons mesuré la relaxation et l'attention active du cerveau à l'aide de métriques établis des neurosciences cognitives et affectives.

La conduction cutanée (ou activité électrique de la peau) a également été mesurée au moyen d'un système Mindmedia Nexus 32. Les participants portaient deux électrodes fixées aux doigts, qui mesuraient les changements de voltage causés par l'humidité de la peau. Des degrés plus élevés de conduction cutanée correspondent à des degrés plus élevés d'éveil physiologique. Dans cette étude, nous avons utilisé la conduction cutanée comme une mesure de l'éveil émotionnel physiologique.

La moitié des participants étaient assis face à un capteur qui suivait leurs yeux pour mesurer combien de temps ils prenaient pour lire chaque page. Ces données sur la vitesse de lecture ont été associées à celles sur l'éveil émotionnel pour définir si les lecteurs accéléraient ou ralentissaient quand ils étaient émotionnellement plus stimulés par le texte.

Un exemplaire complet du rapport de l'étude est disponible sur demande (adresses mail ci-dessous).


Commentaires (0)

Ajouter un commentaire

Commentaire

By submitting the comment you agree that your personal data will be processed according to Mynewsdesk's Privacy Policy.